more from
Simone Records

GLU

by Zen Bamboo

/
  • Streaming + Download

    Includes unlimited streaming via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    Purchasable with gift card

      $9 CAD  or more

     

  • Compact Disc (CD) + Digital Album

    Includes unlimited streaming of GLU via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    ships out within 30 days
    Purchasable with gift card

      $15 CAD or more 

     

  • Record/Vinyl + Digital Album

    Includes unlimited streaming of GLU via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    ships out within 30 days
    Purchasable with gift card

      $20 CAD or more 

     

1.
DIEU 02:44
Dans ma petite chambre noire Au milieu du bar Mon palais de miroirs Bien clairs Bien froids Tout sentait la mort Dans mon avion hijacké J’ai hâte d’arriver J’arrive pas à penser Avec un X-Acto dans le cou Dis-moi comment y aller J’ai hâte de m’écraser Dieu dis-moi quoi faire et je vais le faire Dis-le et je le fais Dieu dis-moi quoi faire et je vais le faire Dis-le et je le fais Mais pourquoi tu ne dis rien ? Pourquoi tu ne dis jamais rien ? Mon tout petit courage Et tout l’ouvrage Qui attend de se faire faire Mais je suis trop bien attaché Je traîne le quai Ça crisse sur le plancher Déchaîne-moi Déchaîné Les cordes qui tombent à mes pieds Dieu dis-moi quoi faire et je vais le faire Dis-le et je le fais Dieu dis-moi quoi faire et je vais le faire Dis-le et je le fais Dieu dis-moi quoi croire et je vais le croire Dis-le et je le crée Mais pourquoi tu dis rien ? Pourquoi tu dis jamais rien ?
2.
J'<3 vivre 04:31
Salut à vous les rivières montagnes Araignées et insectes Fruits et légumes Salut à vous les parasites et maladies Les crocs cornes et dards Griffes et mandibules Et au métal dans ma clavicule Allez venez Soyez les bienvenus Bienvenue dans mon intérieur Où tout ce que j’ai mangé dans ma vie Tout Macère en entier En un même immense mal de cœur Viens danser dans l’acide Mets ton manteau tissu sac de poubelle Des salades à l’infini s’il vous plaît Poubelle Mon corps se biodégrade au complet Poubelle L’envie de détruire est si naturelle Mais je l’enfouis de plus belle Juste en dessous des rivières montagnes Araignées et insectes Fruits et légumes Tentacules et gélatine Du chlore pour la piscine Et les injections de morphine La sensation est divine Et la journée est parfaite Pique-nique sur couverte Plus besoin de fourchette Défriché et bucolique Néophytes en botanique Désherbés on se déshabille Désherbés on dégoupille Moi j’aime vivre Et j’aime vivre Et j’aime vivre encore Encore plus fort Emballé dans des feuilles de bananier L’eau de pluie que je recueille Décolore mon gosier Ça pétille pas assez À quatre pattes comme un animal J’aime le cuir J’aime quand ça fait mal Mon cuir il fait mal Quand on le déballe C’est du vrai ? Oui du vrai juré Yé Du réel crocodile Mes écailles je les épile Un dinosaure qui marche à piles Cloche de verre Un verre d’huile Huile de palme Palme d’or Ordinaire Nerfs à vif Vif d’esprit Prix réduit Enduit d’essence En sens inverse Verset dix Dissidence Danse encore Corps de dieu Dieu du feu Feu de joie Moi j’aime vivre Et j’aime vivre Et j’aime vivre encore Encore plus fort
3.
Ah ah Ces temps-ci C’est tout le temps Que ça me prend Dévoré d’en dedans Ah ah Ces temps-ci C’est chaque fois Que je suis tout seul Qu’il faut que je m’éclate la gueule Ah ah « Est-ce que ça va ? Non ça va pas ». Mais je sais pas pourquoi Je dois être fait comme ça J’aime beaucoup tes bras Parlant de tes bras Entoure-moi Cherche pas Cherche pas Entoure-moi Cherche pas Cherche pas Entoure-moi Ah ah J’ai réussi à pleurer Jamais je n’ai Jamais vu clair de même Ah ah Je ne veux pas en revenir Et redevenir Redevenir con et froid Je déteste le froid D’ailleurs l’autre fois Dans ta voiture Quand on s’est laissés Pour une millième fois On gelait J’ai dit Neuf-cent-quatre-vingt-dix-neuf fois Que je referais jamais ça Congelés Je déborde d’amour Mais j’ai bien du mal À le donner ou à le prendre Souffle sur mes cendres Je suis en dessous Ressuscité et saoul J’aime beaucoup tes bras Parlant de tes bras Ramasse-moi Cherche pas Cherche pas Ramasse-moi Cherche pas Cherche pas Ramasse-moi
4.
Regrets 03:10
Ma grosse tête Ces temps-ci j’aimerais qu’elle arrête De s’asseoir sur mon cou Ma grosse face dégueulasse Se pourrait-il que je l’haïsse en masse Par moi-même Déchiré entre orgie et carême J’aimerais un réservoir de soleil Entre mes deux oreilles Pour transformer le noir de jais En j’aime la lumière. J’ai crié J’ai vomi J’ai déjà tout oublié J’ai déjà tout oublié Ce que j’ai fait Ce que j’ai dit Quand c’était méchant c’est lui Mais c’est moi quand c’est gentil J’ai la gueule si grande La guirlande enguirlandée La mâchoire endommagée Mais je refuse de regretter Regarde-moi bien aller Oui c’est moi Oui j’ai dit ça Oh lala J’ai tout essayé Dormir toute la journée Ou jamais jamais couché Pour être heureux Ou juste un peu mieux Rarement mieux Presque mort mais jamais Presque mort mais jamais trop peureux J’ai réussi J’ai répandu ma folie En une épidémie Allez follow me Jusqu’au bout de la (lumière) J’ai crié J’ai vomi J’ai déjà tout oublié J’ai déjà tout oublié Ce que j’ai fait Ce que j’ai dit Quand c’était méchant c’est lui Mais c’est moi quand c’est gentil J’ai la gueule si grande La guirlande enguirlandée La mâchoire endommagée Mais je refuse de regretter Regarde-moi bien aller Oui c’est moi Oui j’ai dit ça Oh lala
5.
Xoxoxo 05:33
Bouffe-moi encore Bouffe-moi encore Bouche-moi les pores Bouche-moi les pores Perce mes stores Perce mes stores Serre-moi plus fort Fais un effort Amène à boire Brise et répare Viens et repars Sois pas bizarre Prends le temps qu’il faut Prends-en pas trop Prends des ciseaux Compte mes morceaux Mets au cachot Mets au tombeau Mets au berceau Mets au berceau Ce qui restera après Serré dans un paquet Ou craché sur le parquet En beaux lambeaux bouillants Petit fœtus en sang Fébrile et palpitant Sur ses derniers instants Dans mon appartement Et moi mon presque accouchement Quand je serai grand J’aimerai pour de bon J’aimerai le cœur en avant Malheureusement Pour le moment J’aime désastreusement Ma belle boule de feu Toute frénétique et tendre Bien placée pour comprendre Avec ton demi-cœur atrophié Qui sèche sur le plancher Serre-moi plus fort Fais un effort Amène à boire Brise et répare Viens et repars Sois pas bizarre Fais moi feeler non protégé Fais moi feeler non protégé Pas de filet Plus de danger Ah s’il vous plaît Plus de danger… Ce qui restera après Serré dans un paquet Ou craché sur le parquet Menu noyau muet Petit fœtus en transe Tu saisis pas ta chance Profite de tes vacances Tes vacances de la vie Ici il y a tellement de sexe De sexes à satisfaire D’histoires dans le bestiaire De monstres pour se distraire De quel bord tu penses Que tu penses qu’elle penche Qu’elle penche la balance ? Entre loisir et souffrance Entre le meurtre et les vacances ? Les gens se touchent et viennent À une vitesse inconcevable Comme tant de défaites Défaites à essuyer Essuyer yé yé yé !!! Je m’interroge quand je suis mou Mais quand je suis dur J’oublie tout Je suis en amour Et un peu plus à tous les jours J’aime même les vautours Qui nous tournent autour Je t’aime je t’aime Migraine migraine Toi la vitre Moi l’oiseau En troupeau de chevaux On perd nos eaux Et on se tient dressés Tout rouges et innocents Le corps gorgé de sang Qu’est-ce qui restera après De nous Qu’est-ce qui restera après Si nos bébés à nous On les avale, on les déjoue Si nos bébés à nous On les renverse sur nos joues Qu’il est doux le duvet De nos chambres d’avant Qu’est-ce qui restera après Si nos bébés à nous On les échappe sur nos flancs Si nos bébés à nous On les efface en les faisant Est-ce qu’on fait comme nos parents Si on fait des enfants ? Petit fœtus fantôme Glisse entre les atomes D’oxygène et de sperme Insecte sous l’épiderme Et je me tends soudain Coincé entre tes reins J’ai peur mais je suis bien Car je t’aime Oui je t’aime Je t’aime
6.
B*nn* F**e 03:35
J’avale le soleil Grande mâchoire Je l’aspire dans mon crâne trou noir J’arrive jamais à y voir Clair clair À fabriquer ma propre lumière J’éclaterais dessous la pluie Je t’attendrais toute la nuit Je cherche la magie Vieille sorcière J’ai peur horreur qu’elle soit partie Mords-moi encore Jusqu’à la moelle Et bois le sang, le lait, le jus Chaleur, bonheur, lumière Joyeux anniversaire Un nombre infini de chandelles J’allume et j’espère Je mange tout ce qui bouge J’aime sentir grouiller dans mon ventre Il est rempli à en fendre Mais j’ai de plus en plus faim Festin (céleste) Destin (funeste) Je les crois quand je les vois Mes chandelles n’éclairent pas plus loin Qu’au bout de mes doigts J’éclaterais dessous la pluie Je t’attendrais toute la vie Chaleur, bonheur, lumière Joyeux anniversaire Un nombre infini de chandelles J’allume et j’espère
7.
Je veux tout de la vie Sans le moindre compromis Moi oh my oh me Je veux celle des autres aussi Donne-moi quelque chose Pardonne ma nombrilphilie Donne-moi quelque chose Pardonne ma nombrilphilie Donne-moi ce qui te tente Soit une cause Soit une dose J’implore, j’implose Je demande donne Je demande donne Donne Le sucre sur ma langue Laisse un goût amer à la longue Moi, oh my, oh me I just wanna be free Donne-moi quelque chose Pardonne ma nombrilphilie Je demande donne Comment oses-tu ? Douce offrande dépose Avant que je saute Que j’explose Plie à toutes mes névroses Pause Je demande donne Je demande donne Donne La vie est belle La vie est belle comme moi La vie est triste La vie est triste comme moi J’ai peur que mes dons de soi Ils soient seulement pour moi La douceur me fait peur Mais devant les méchants je pleure Qu’est-ce qui me reste de pur alors ? Où donc se trouve la cure alors ? Mea culpa dans chaque mot Chaque étreinte Mea culpa dès que la lumière est éteinte La vie est dure Oui mais la vie s’endure comme moi La vie est dure Oui mais quelle aventure N’est-ce pas ? La vie suppure La vie elle coule sur soi La vie soupire La vie est cool comme toi La vie est triste La vie est triste sans toi La vie est belle La vie est belle comme (toi)
8.
La chance 04:33
Je pensais que chagrin C’était une sorte d’oiseau Caillot au cerveau J’ai vu Dieu Je pensais qu’un orgue C’était comme organe Que ça battait le sang des églises Un pigeon dans le tuyau Qui veut sortir Un démon sur mon épaule Qui me dit quoi jouer Pour être touchant Seigneur, bon sang Pourquoi moi, pourquoi moi ? Voyons ça ne se demande pas Le destin fait ses choix Il tue comme il pointe du doigt J’ai toujours su qu’on se recroiserait un jour On s’est revus à un coin de rue désert Nos entrailles rincées par la poussière J’avais jamais marché nu-pieds dans la neige Avant Tes beaux yeux ventouses Collés à mon front Aspirant goulûment la moindre explication Mais il n’y a rien à dire Rien à comprendre J’ai toujours su qu’on se recroiserait un jour Même dans l’extrême violence Ce genre de coïncidence Ça arrive tous les jours À différents degrés de spectaculaire Une tortue de mer qui retrouve sa famille Ou Œdipe qui transperce la sienne Un bébé qui pleure flottant dans un panier Ou un autre dans un avion hijacké Et l’avion qui explose.
9.
Chimpanzé 03:05
Quelque part Entre un ordinateur Et un dinosaure Prisonnier Entre anthropologues Et chimpanzés Faire ça simple ou compliqué ? Je suis belle Entre les mâles Et les femelles Du plaisir, du plaisir, du plaisir, du plaisir C’est bien tout ce que je veux Tout maintenant Ou un peu tranquillement ? Je voudrais faire des enfants Reste-il assez de temps ? Pour qu’ils aient des enfants Pour demander bêtement Que faire de toute cette violence ? Vicieux vacarme de silence Que faire de toute cette violence ? Bénévolat ou vengeance Mes chairs que les vers dévorent Et la vie après la mort Les chimistes Les chimistes et les magiciens Un nouvel état Entre confort et coma Ni chaud ni froid Pas loin de chez moi Netflixé et astigmate Du maïs et des patates Comme dans le années de la survie L’aventure ou gras dur ? C’est seulement rien qu’un peu d’air pur Je voudrais faire des enfants Reste-il assez de temps ? Pour qu’ils aient des enfants Pour demander bêtement Que faire de toute cette violence ? Les parades d’ambulances ? Que faire de toute cette violence ? Bénévolat ou vengeance ? Mes plaies qui baillent béantes Au milieu d’une mer immense Je commence à la boire Et quand j’aurai fini J’écris mon roman
10.
OVNI 03:42
Juste avant que je tombe à terre Les mille étoiles Tenaient dans mes mains C’était la dernière J’échapperai plus jamais rien (sic) Veni, vidi, vici Juste avant que je tombe à terre Le tour de magie of the century Tout le monde me regardait Débarquer de mon O.V.N.I. De là-haut j’ai vu Les États-Unis S’étendre à l’infini What a mystery Non c’est pas moi Moi j’ai pas fait ça J’étais occupé à rater ma vie Faire de la musique Avec mes amis Tout le bonheur que j’ai inventé J’ai tant dansé J’ai tant désiré que mes jambes et mes bras sont tombés une tête qui rampe sur le plancher Ramasse-moi comme un bébé Berce-moi comme un bébé Ah… Juste avant que je tombe à terre Ailes dorées collées aux souliers Par respect pour les années envolées On s’est fait tellement de fois du mal Que mal est normal Je vais pendre de la plus haute tour Si je fais bien ma job À l’asile avec Nelligan Nelly Arcand Et Marie-Mai Mes grandes mains toutes ensanglantées J’en ai en masse à expier Mes grandes mains toutes ensanglantées Berce-moi comme un bébé J’en ai en masse à expier Non c’est pas moi Moi j’ai pas fait ça Non moi je m’auto-diagnostiquais Une main coupée L’autre sur le clavier Historique Internet de désaxé J’ai tant cherché J’ai tant désiré Que mon beau cerveau s’en est liquéfié La tête qui fuit comme un fruit pourri Non c’est pas moi Moi j’ai pas fait ça J’étais occupé à rater ma vie Faire de la musique Avec mes amis Tout le bonheur que j’ai inventé J’ai tant dansé J’ai tant désiré J’en suis rachitique et guillotiné Un crâne qui hurle comme un demeuré Berce-moi comme un bébé.

credits

released March 27, 2020

Musique : Zen Bamboo
Paroles : Simon Larose
Réalisation : Julien Mineau

Simon Larose : voix, chœurs, guitares, pianos, synthétiseurs, porte de chambre & orgue de l’église Saint-Jean Baptiste de Montréal
Léo LeBlanc : chœurs, guitares, synthétiseurs & drum machines
Xavier Toukan : guitares, basse, bass synths & carillons
Cao : batterie, percussions & catchphrases
Julien Mineau : synthétiseurs, percussions et drum machines
Ryan Battistuzzi : vacarme de Moog

Enregistré au studio Breakglass et chez Ju
Prise de son : Julien Mineau et Ryan Battistuzzi
Mix : Julien Mineau
Mastering : Richard Addison

Pochette & photos : Mathieu Fortin
Graphisme : Xavier Touikan

license

all rights reserved

tags

about

Zen Bamboo Saint Lambert, Québec

Meilleur band de l'histoire de la rive-sud.

contact / help

Contact Zen Bamboo

Streaming and
Download help

Redeem code

Report this album or account

If you like Zen Bamboo, you may also like: